RENCONTRE AVEC BOLTA, entre Nurobod et Guzor

Le 28 Mai 2013

C’est sur la petite route entre Nurobod et Guzor, dans un paysage de steppes arides, que nous apercevons un important troupeau de moutons a quelques centaines de metres a peine de la route que nous empruntons. Trois hommes, montes sur leurs anes, menent le troupeau. Il s’agit de Bolta et de ses deux fils…

Bolta, berger ouzbeke

Bolta a 47 ans, est marie et a 4 enfants. Il a commence a etre berger il y a une quinzaine d’annees. Il est aujourd’hui proprietaire d’un troupeau de 600 animaux (moutons et chevres).

P1090244

Bolta vit 9 mois de l’annee dans son village, Gallakor, situe a 22 kilometres d’ou nous le rencontrons. Il y passe les mois les plus froid, et fait paturer ses bêtes dans la zone. Le reste de l’annee (3 mois environ), il se deplace dans deux autres zones avec le troupeau. Durant cette periode, lui et sa famille vivent en yourte.

P1090263

____________________________________________________________________________________

RENCONTRE AVEC ABDOURAHIM, Xujaquchqoroto, montagnes de Boysun

Le 2 Juin 2013

Arrives a Boysun la veille, nous decidons de partir a la recherche de quelqu’un dans la petite ville, susceptible de parler quelques mots d’anglais et qui pourrait ainsi nous aider et faciliter une rencontre avec un des bergers de la region…  Un jeune se rend tres disponible et rendez-vous fixe, nous nous retrouverons le lendemain matin pour aller ensemble au lieu dit de Xujaquchqoroto, a une dizaine de kilometres de la. Il est 11h quand nous y rencontrons alors Abdourahim, juste redescendu a sa yourte avec son troupeau…

P1090446

Abdourahim a 52 ans, il a commence a etre berger a 18 ans. Il nous explique perpetuer la meme activite que celle que pratiquait déjà ses grands-parents, puis ses parents. Marie avec 6 enfants encore a charge, toute la famille travaille ensemble. Certains enfants s’occupent du troupeau durant la journee, d’autres durant la nuit. Abdourahim et sa femme s’occupent principalement de la traite mais la transformation est principalement le devoir des femmes.

P1090435

Le troupeau est actuellement compose de 400 chevres. Abdourahim n’est lui-meme proprietaire que d’une cinquantaine de tetes, il est paye par d’autres proprietaires pour la gestion du reste du troupeau.

Le berger est originaire de Sariosiyo, un petit village ou vivent environ 500 familles, situe a une cinquantaine de kilometres de l’actuelle zone d’alpage. Il y habite 8 mois par an, tandis que de mars a juin, il remonte a pied dans les montagnes de Boysun avec le troupeau. Durant cette periode, il vit avec sa famille dans la yourte saisonniere.

P1090439

Au village, une quinzaine de bergers pratiquent la meme activite. La taille moyenne de leurs troupeaux est comprise entre 400 et 500 petits ruminants (chevres et moutons). Bien souvent les troupeaux sont mixtes.

Dans la montagne de Boysun, ou il fait paturer ses bêtes durant l’ete, il estime la charge animale a 20.000 betes en cette saison. A cette periode, il conduit le troupeau, a pied ou avec un ane, sur un parcours d’une dizaine de kilometres par jour en moyenne.

Les points d’eau pour l’abreuvement sont frequents dans sa zone de parcours. Les rivieres lui paraisssent  plus chargees que dans sa jeunesse. Sa famille avait déjà pour habitude d’avoir les memes zones de paturage, il y avait seulement moins de bergers et moins de moutons-chevres a l’epoque (mais les troupeaux etaient de meme taille).  Le massif moins entretenu, l’herbe etait plus haute a cette époque. Il semble aussi qu’il y’ait aujourd’hui moins d’animaux sauvages (notamment ours et loups), car l’augmentation de la presence humaine les repoussent plus loin.

P1090442

S’il ya peu de changements dans les modes de conduite des troupeaux et les modes de production toujours traditionnels des produits (fromages, yaourt, ayran*), le principal et important changement resulte de la sortie en 1991 de l’Ouzbekistan de l’union sovietique. Comme dans les autres contrees d’Asie centrale, l’agriculture ouzbeke passe d’un systeme collectiviste  a un systeme ou les bergers ont desormais acces a la propriete.

Selon Abdourahim, l’elevage pastoral est voue a se developper dans la region, car la zone offre des opportunites de paturage encore inexploitees. Il espere lui-meme que ses enfants seront a leurs tours bergers et qu’ils poursuiveront ainsi son travail.  Il nous fait part de l’importance que represente pour lui la transmission de ce savoir-faire.

*ayran: boisson lactee composée d’un tiers de yogourt frais et de deux tiers d’eau légèrement salée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s