Archives de Catégorie: Tadjikistan

Tadjikistan: deja un an qu’on mouline…

Par défaut

C’est sur les routes du “toit du monde” que nous fetons ce bel anniversaire , dans les envoutantes et ardues montagnes du Pamir. Le petit Saint Bernard, premier col alpin que nous franchissions l’annee derniere, nous parait desormais bien loin et bien petit… La mythique route du Pamir qui relie Khorog (Tadjikistan) a Osh (Kirghizistan) fut construite par l’armee sovietique dans les annees 30 afin de permettre un acces aux confins de l’union. Elle est aujourd’hui devenue une destination prisee des voyageurs en quete de montagnes et d’ivresse “sous-oxygenee”…

De notre cote c’est toujours sans moteur que nous roulons! Heureusement c’est dans la fraicheur et la verdure que nous entamons notre route vers les Pamirs. De Dushambe a Kalaikum, baignades et rapaces agrementent nos journees… Apres un fabuleux premier col a 3252 m (petite mise en jambes), splendides alpages encore tachetes de neige, nous penetrons dans l’anti-chambre des Pamirs, un univers plus mineral… Nous y rencontrons nos premiers cyclos: Dave et richard (anglais) et Peter (irlandais) avec lesquels nous accordons nos coups de pedales pour quelques jours. De Kalaikum a Khorog, nous longeons la riviere Panj qui nous separe de quelques  dizaines de metres de l’Afghanistan. L’eau est toujours aussi presente, de-ci de-la, elle permet d’agrementer l’univers rocheux de taches vertes et jaunes, cultures des villages pamiris, tadjikes et afghans.

Khorog, capitale des Pamirs est l’endroit ideal ou se reposer et preparer son depart dans les montagnes. A la Pamir Lodge ca discutaille itineraires… Et voila qu’apres une soiree un peu arrosee, on decide de s’engager dans la wakkhan vallee qui a priori est loin d’etre l’option la plus facile…;-) Mais c’est qu’ils sont chauds les velos nomades!!! ;-). La feinte: avoir un visa de 45 jours qui permet de bien prendre son temps dans les etapes un peu ardues…;-)

Ainsi quitte-t-on Khorog en poursuivant encore la Panj avec deux amis francais cette fois: JP avec qui on avait passe quelques bons moments en Georgie et Jacques, qui n’est pas en fauteuil roulant mais bien en velo couche!  On ne pedalera que quelques heures ensemble car leur rythme est un peu moins relaxe que celui des Velos Nomades…;-) L’entree dans la wakkhan vallee nous offre un superbe panorama sur les massifs enneiges de l’HinduKuch pakistanais. Plus au fond dans la vallee les montagnes redoublent de beaute. Ce monde mineral, ocre, laiteux, orange, resplendit. Ici, comme dans l’ensemble des montagnes du Pamir, la communaute tadjike est majoritairement ismaelienne et -agreable surprise- les pratiques religieuses y semblent beaucoup plus tolerantes que dans le reste du pays ou nous  cotoyions parfois barbus austeres. Nous voici donc a seulement quelques dizaines de metres de l’Afganhistan et ici, plus une barbe, les hommes serrent la main aux femmes, s’assoient et discutent ensemble, ca picole de ci et de la… Et quel etonnement de voir le niveau d’education des gens… Nous voila dans une des regions les plus pauvres que nous traversons depuis le debut de notre voyage, mais ici regulierement, on rencontre des gens qui parlent 4 langues: tadjik (farsi, comme en afghanistan et iran), dialecte pamiri, russe et de plus en plus anglais… L’education ne serait-elle finalement qu’une question de priorite et de volonte politique? Ici, c’est l’Aga Khan qui s’en charge, le chef spirituel et religieux de la communaute ismaelienne (branche chiite). Mais il est moins question de Medine ou de la Mecque (ou aurait vecu son ancetre le prophete Ali), aujourd’hui, celui qui est tant respecte vit en Suisse! Depassee la multiplication des pains , la bas, on multiplie les dollars, mais apparemment cela semble tout de meme profiter au developpement des pamiris…

C’est bien souvent le braiment des anes qui nous acceuille dans les villages… Assez vite, ils laissent place aux sourires de nos freres bipedes et a leurs invitations au the. On apprecie toujours autant ces moments d’echanges et de spontaneite avec nos hotes… Dans la zone un peu touristique des Pamirs, cette spontaneite est un peu compromise… Il faut dire que les “home stay” semblent etre une source de revenus privilegiee, mais finalement peut-etre moins que la manne financiere que represente les importants transferts d’argent que font parvenir regulierement a leurs familles les travailleurs masculins immigres en Russie… Et ils sont nombreux! Les foyers sont souvent vides de pere et de fils… Certains ne sont pas rentres depuis 5 ans au village…

Apres un col a 4344 metres, nous retrouvons la fameuse M41, traditionnelle route du Pamir: des lacs turquoises, une altitude comprise entre 3800 et un petit col a 4655 metres (mais ca s’arrete quand???;-) Petit a petit nous penetrons dans la region “kirghize” du Tadjikistan. Nous decouvrons les yourtes ou vivent plusieurs generations d’eleveurs… “L’elevage est la raison d’exister du peuple kirghize”, nous revelera Sultan, berger d’experience rencontre pres du village d’Alichur.* C’est l’occasion d’y rencontrer nos premiers yaks… On glisse crescendo vers le Kirghizistan… Apres 43 jours dans ce pays majestueux, ou les montagnes arborent des couleurs incroyables, ou nos petits corps se sont quand meme un peu fatigues, voila que le 18 juillet dernier nous franchissions un dernier col tadjike a 4282 metres, histoire de ne pas rester sur sa faim..;-). Nous voila desormais dans un pays plus vert, le Kirghizistan, redescendus a Osh depuis le 21… A Bientot cherEs amiEs pour de nouvelles aventures de ce pays ou les enfants, perches sur de hautes montures, triomphent dans la steppe tels de vrais guerriers…

*N.B: De nouveaux entretiens de bergers du Montenegro, d’Ouzbekistan et du Tadjikistan viennent d’etre publies dans la rubrique “temoignages des bergers”. Bonne lecture a tous!

 

Publicités