Archives de Catégorie: Macedoine

Peripeties albanaises : 2eme partie!

Par défaut

C’est a Kukes que nous vous avions laisses. De la, nos bicyclettes nous ont fait suivre la frontiere du Kosovo jusqu’a Peshkopi… Notre carte indiquait une route en bas de vallee, sans trop de deniveles… Mais ca serait trop simple de regarder notre carte, on prefere s’en tenir aux dires des gens… Mais apres une bonne vingtaine de km de montee, ca ne descend toujours pas… pour le plus grand bonheur de la tendinite d’Anne-Laure nous voila finalement sur la route de montagne! Heureusement de magnifiques couleurs automnales et surtout, de beaux troupeaux de moutons, nous regalent les yeux.

Peshkopi est reputee pour ses eaux thermales… Une belle occasion de cadeau d’anniversaire pour notre princesse du velo. Nous imaginions un luxuriant centre de balneotherapie ou les plus beaux masseurs albanais cajoleraient la Madone dans une atmosphere tropicale… Tropicale… Oui, un peu… en effet il pleut quand nous arrivons. Mais il ne fait pas tres chaud du tout et en lieu et place du centre balneo nous decouvrons un gros bloc de beton a 2 etages, aux allures staliniennes… A l’interieur, ca sent plutot l’oeuf pourri (bon, ok c’est le souffre), de vieilles personnes deambullent et ce sont des infirmieres qui nous accueillent. En guise de beaux masseurs elles nous parlent de physiotherapeute, les pieces de soins ressemblent a des chambres d’hopital (ou de prison): un lit en ferraille, de l’eau stagne sur le sol en beton, la baignoire aussi est en beton d’ailleurs! L’eau miraculeuse devrait sortir par une vanne un peu rouillee… C’est au dessus de tous nos reves!!! Apres la tente deluxe-bache agricole, Guillain vous  presente son centre balneo 3 etoiles! 😉

De Peshkopi, nous faisons route pour la Macedoine, un petit crochet pour visiter Ohrid et son lac. En route, toujours en quete de bergers, nous nous arretons dans un petit village. Souzan, un jeune ex-emmigre en Angleterre nous accueille. Son rigorisme religieux nous effraie un peu, sa femme est l’une des premieres femme voilee que nous “rencontrons”. Bien que familiarises aux moeurs tres patriarcales de la culture albanaise, son effacement si total et si silencieux derriere le role de femme qui lui est attitre (enfanter et cuisiner) nous perturbe un peu. Leur petite, si mignonne, si pleine d’energie et si expressive fait plaisir a voir. On ne peut s’empecher d’y voir un espoir de revolution…

Pour notre plus grand bonheur, on passera egalement un bout de soiree dans une fete de mariage du village: ca danse trad! Hommes, femmes, jeunes, moins jeunes, tous se mixent et dansent joyeusement. Vite happes par la chaine de danseurs, on s’efforce de chopper le pas. On se croirait au Fest Noz, Guillain est aux anges! 😉

Le lendemain nous sommes a Ohrid, belle ville aux belles ruines et son lac… un lac ma foi! Mais après seulement 2 jours de separation, déjà l’Albanie nous manque. Nous voila a Korce “le petit Paris” de l’Albanie… Korce, doit son surnom a l’histoire, puisqu elle fut administree par la France durant quelques mois a partir de 1916. C’est egalement la capitale des evangelistes en Albanie. Coup de pouce de Warmshower (site de cyclovoyageurs) et nous voila grace a Algent, heberges dans son eglise evangeliste. Deux bonnes soirees en sa compagnie et celle de Plator, le Pasteur. Ca parle mecanique velo ou religion! Mais bien evidemment, sans craindre le peche de gourmandise que nous comettons a plusieurs reprises. “Petit Paris” est peut etre un bien grand mot, mais il faut reconnaitre a Korce une certaine richesse en petits restos et bonnes patisseries. Tatziki et salades grecques pointent leur nez dans nos assiettes et les baklawas sont toujours la! 😉

Enfin, l’esprit saint (nous repartons une bible en poche) dans un corps sain, nous nous dirigeons vers Gjirokaster. La route est magnifique, de bons petits cols, mais l’altitude a l’avantage de denuder les montagnes de ses arbres. Ceux-ci laissent place aux belles couleurs de la terre, a ses douces formes. La route longe des monts, imposants de splendeur, couronnes de cretes enneigees, roses pales en cette fin de journee. Mais l’hiver approche, son froid mordant se fait sentir, une bonne raison de plus d’accepter l’hospitalite. Nous nous souvenons avec emotion d’Adem et de Virginous, petit couple de retraites. A peine avait-on franchi le pas de leur cour qu’Adem nous prenait dans ses bras et nous embrassait comme si nous ne nous etions pas revu depuis longtemps. Tres vite on se sent comme en famille, on va traire leur vache, on cuisine, puis séance photos de famille avant d’aller se coucher aupres du poele. Adieux plein d’amitie, un tricot en laine pour Anne-laure et des fleurs aux velos nous nous quittons.

C’est aussi sur cette route que nous rencontrons Augustin, parisien en cyclobaroude. Nous irons jusqu’a Gjirokaster ensemble, chouette rencontre et papotages, accompagnes de beaux feux pour nos bivouacs. A Gjirokaster, nous apprecions la beaute de la vieille ville: une atmosphere d’antan avec ses ruelles pentues toutes paves et les belles lauzes qui couvrent les maisons.

Nous ne pourrons oublier l’acceuil exceptionnel qui nous a tant de fois ete reserve en Albanie. C’est finallement après 5 belles semaines, que nous avons passé la frontiere grecque le 15 novembre dernier, pour nos derniers coups de pedale en Europe… A bientot pour de nouvelles zaventures helliniques!